• Balade à Paris

    Hier en fin d'après midi, j'étais invité au cocktail des 50 ans du Service d'Aéronomie du CNRS car j'avais réalisé l'affiche de cet anniversaire (illustration numérique à partir d'une photo).

    Cela se passait à Paris à l'Institut Océanographique (195, rue Saint-Jacques). Bien agréable de voir son travail affiché dans la rue, de chaque côté de l'entrée et en plein écran dans le grand amphithéâtre ! :-)

    Au cours de cette réception, j'ai fait deux découvertes artistiques intéressantes.

    Tout d'abord les impressionnantes fresques murales de Louis TINAYRE (1861-1942) qui ornent les murs du grand amphithéâtre. Cet artiste-voyageur-reporter (!) fut remarqué à son retour de Madagascar par Albert 1er de Monaco et il devint peintre officiel de ses campagnes océanographiques.
    On ne trouve malheureusement pas grand-chose au sujet de ce peintre de talent sur le web.

    J'aime bien ces grandes représentations naturalistes et très figuratives que l'on peut dénicher à Paris dans bien des lieux secrets, comme, par exemple, dans les salles des différentes galeries du Jardin des Plantes où je traînais mes semelles les jeudis après-midi de mon enfance.

    J'ai pu également admirer les superbes aquarelles de Bénédicte DUPIN sur ses navigations australes exposées à l'institut du 7 au 26 octobre 2008.

    Au retour de cet agréable moment passé en compagnie d'éminents scientifiques venus du monde entier, dans le RER qui ramenait son quota d'humains fatigués vers la banlieue, j'ai vu une jeune femme assise en train de lire. Le visage penché, l'air sombre ou triste (normal dans une rame de RER). Elle portait une veste noire avec un col très grand qui contrastait avec sa physionomie plutôt fragile. Un petit éclat de lumière sur l'épaule et l'arrière de la mâchoire et l'idée de la dessiner, peut-être inspirée par les peintures que je venais de voir, m'est tombée dessus. Comme ça ! D'ailleurs, si je prenais le métro tous les jours, ce qui n'est heureusement pas le cas, je ferais bien cet exercice quotidiennement avec toutes sortes de personnages.

    Donc, l'inspiration était là, mais pas le matériel. Rien pour dessiner ! Et dans le RER ce n'est quand même pas trop évident (même si j'avais déjà, en 2002, réussi à croquer discrètement quelques passagers d'une rame de métro à Moscou). Il m'a donc fallu faire fonctionner ma mémoire visuelle (très bon exercice !).
    Une fois rentré chez moi, j'ai tout de suite attrapé le premier carton qui passait par là et une boîte de pastels gras (médium que je n'utilise pratiquement jamais) et hop... Voilà le résultat :

    La tête était plus penchée en avant et j'ai exagéré volontairement la taille du col de la veste pour lui donner un côté "floral".

    Il y a des retouches à faire, mais pour un croquis relativement rapide et de mémoire, je ne suis finalement pas mécontent du résultat. ;)

    « Scolopendre ? RER B »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 5 Mars 2015 à 11:14

    Commentaires récupéré

     

    C'est intéressant de voir la transformation d'une image au fur et à mesure!
    Merci d'avoir pris le temps de partager ceci avec nous!
     Commentaire n°1 posté par Nitt le 01/07/2009 à 20h15  
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :